Le début de la fin

« Le ralentissement du marché canadien de l’habitation tire à sa fin » – pouvait-on lire dans un article que RBC a publié cette semaine. En nous inspirant de cet article, nous allons prendre un peu de recul et examiner le marché canadien du logement dans son ensemble.

Dans l’article original, les auteurs analysent un phénomène que nous observons pour la première fois depuis longtemps : au cours des huit derniers mois environ, il y a eu plus de reventes que l’année précédente. C’est une tendance que nous n’avions pas connue depuis le début du printemps, lorsque le marché a commencé à ralentir en raison de la hausse des taux d’intérêt.

Maintenant, si nous nous concentrons sur notre marché local à Montréal, nous avons effectivement enregistré une baisse des ventes par rapport à l’année dernière. En revanche, la plupart des marchés canadiens sont en hausse : les trois seuls marchés en baisse sont Ottawa, Montréal et Québec. Toronto s’est révélé légèrement stable, et tous les autres marchés sont largement à la hausse.

En ce qui concerne les prix, la tendance est toujours à la baisse dans tout le Canada, et nous avons connu notre pic de prix en février 2022. Calgary semble être l’exception à la règle : même si le rythme a un peu ralenti, les prix sont encore bien supérieurs à ceux d’avant la pandémie et ils sont restés solides.

Au Canada, il est peu probable que les marchés se redynamisent prochainement. Il faudra attendre le printemps avant de voir le marché repartir à la hausse ou, à tout le moins, de voir le creux de la vague des prix.

Vous voulez en savoir plus sur le marché canadien de l’habitation? L’équipe de LJ Immobilier est toujours à l’affût. Communiquez avec nous en tout temps pour nous faire part de vos questions ou de vos préoccupations, et nous vous répondrons dans les plus brefs délais!

Share:
  • 86
  • 0